ACCUEIL > Nouvelles > Marcelline et ses amies les abeilles

Vie étudiante

Marcelline et ses amies les abeilles


Deux éducateurs, dont MM. Dominic Morin et Alexandre Morin, ont inspecté la première colonie d’abeilles, celle reçue le 10 juin dernier. La reine, baptisée Marcelline par le comité chapeautant le projet, et sa colonie se porte bien en cette fin de saison. Les responsables de la ruche ont retiré une hausse (un étage de la ruche) qui contenait une douzaine de cadres du magasin à miel, ce qui leur donne approximativement une récolte de 20 kg de miel qui, pour le moment, est entreposé. Les photos ci-jointes proviennent de la colonie et, sur certaines, la reine a été identifiée d’un point vert sur le thorax. La 2e colonie, celle reçue au début du mois de juillet, a également été inspectée par Mmes Isabelle Tanguay et Isabelle Major. Marcelline no 2 est beaucoup plus lente à se développer, car elle était plus faible que la première colonie. Aussi, malgré les interventions, les membres du comité prévoient une bien petite récolte pour cette colonie.

La saison de récolte du nectar et du pollen tire à sa fin et les abeilles butinent activement la verge d’or, cette plante que nous retrouvons en quantité dans l’espace clôturé autour des ruches, sur plusieurs terrains vagues et au bord de la rivière. Mme Tanguay a d’ailleurs réussi à photographier une de nos abeilles sur une fleur de verge d’or près de la ruche. Il est important de savoir que même si les deux colonies cumulent plus de 60 000 abeilles, seulement une faible partie de ces abeilles quittent la ruche pour butiner sur une trentaine de km2.

Les éducateurs prévoient la récolte de la 2e hausse de Marcelline 1re ainsi que celle de Marcelline no 2 d’ici le 15 septembre puisqu’après cette date, il faudra préparer l’hivernage des colonies et entreprendre certains traitements contre le varroa, un insecte parasite qui se multiplie durant la saison et diminue grandement les chances de survie des colonies durant l’hiver. En fait, il faut savoir que les abeilles ne dorment pas l’hiver, car elles doivent constamment travailler pour maintenir une température de 35 °C à l’intérieur de la ruche.