Comment agir contre l'intimidation à l'école

« J’aide. J’agis. J’en parle. » - L’équipe d’aide à l’élève

J’agis contre l’intimidation à l’école

Au Collège Laval, nous faisons tout en notre possible pour contrer l’intimidation. Ayant à cœur le bien-être de chaque élève, nous nous engageons à agir rapidement et efficacement pour aider quiconque vit un acte d’intimidation ou de violence.

Nous vous invitons à nous faire part de tout acte inapproprié duquel vous avez été témoin ou victime. Nous traiterons le tout dans un délai raisonnable et dans la plus grande confidentialité.

Il est possible d’utiliser le service de signalement en ligne de façon confidentielle en consultant l’onglet «Communauté» et ensuite «Ressources» sur le pluriportail en cliquant sur le lien suivant : J’AGIS CONTRE L’INTIMIDATION.

Formes d'intimidation

Cette forme d’intimidation ou de violence a lieu lorsque l’on blesse le corps de sa victime ou que l’on s’en prend à ses objets, c’est-à-dire :

  • la frapper, lui donner des tapes ou des coups de poing;
  • lui donner des coups de pied;
  • la bousculer;
  • cracher sur elle;
  • voler ou détruire ses biens, comme ses vêtements, ses appareils électroniques, son vélo ou même ses devoirs.

Cette forme d’intimidation ou de violence a lieu lorsque l’on utilise des mots pour blesser la victime, par exemple :

  • l’insulter;
  • lui crier des noms;
  • se moquer d’elle, particulièrement devant les autres (la ridiculiser);
  • la menacer de lui faire du mal;
  • se moquer de ses vêtements, de ses cheveux ou de ses habitudes;
  • lui faire des commentaires sexistes, racistes ou homophobes;
  • se moquer ou l’exclure à cause de son origine ethnique ou culturelle;
  • lui dire que la nourriture qu’elle mange est dégoûtante;
  • se moquer de son accent ou de sa façon de parler;
  • lui faire des blagues ou des commentaires sur son orientation sexuelle.

Cette forme d’intimidation a lieu lorsque l’on se sert des amis d’une victime et de ses connaissances pour la blesser, c’est-à-dire :

  • propager des rumeurs sur elle;
  • l’exclure du groupe;
  • parler contre elle dans son dos;
  • se liguer contre elle;
  • la regarder de manière méprisante ou menaçante;
  • briser ses amitiés volontairement.

Tout comportement, parole, acte ou geste, intentionnel ou non, à caractère répétitif ou non, exprimé directement ou indirectement, y compris dans le cyberespace, dans un contexte caractérisé par l’inégalité des rapports de force entre les personnes concernées, ayant pour effet de causer des sentiments de détresse et de blesser, exclure, nuire, menacer ou contrôler l’autre.

Désigne une situation dans laquelle une personne utilise un moyen technologique tel qu’un ordinateur ou un téléphone cellulaire afin qu’elle puisse agresser sa victime, c’est-à-dire :

  • lui envoyer des courriels et des messages textes cruels;
  • afficher des photos gênantes d’elle ou modifier des photos et les afficher sur un site Web;
  • créer des sites Web pour se moquer d’elle;
  • évaluer son apparence sur Internet;
  • utiliser son nom sur Internet pour nuire à sa réputation;
  • lui faire des menaces;
  • l’insulter, l’injurier ou la dénigrer;
  • inventer ou propager des rumeurs sur elle;
  • faire du ciblage, c’est-à-dire prendre une personne à partie en invitant les autres à l’attaquer ou à se moquer d’elle;
  • usurper son identité;
  • la flinguer (pratique consistant à envoyer un message incendiaire à un autre internaute participant à un forum ou à une liste de diffusion, pour lui exprimer sa désapprobation);
  • faire du vidéolynchage (pratique consistant à agresser collectivement la victime en la filmant avec un téléphone cellulaire, et ce, dans le but de diffuser ensuite sur Internet le film humiliant de cette agression);
  • l’inciter au dévoilement physique ou non de soi ou d’autres personnes.

L’intimidation discriminatoire consiste à cibler, intimider ou harceler une personne en raison de son appartenance à un certain groupe (exemples : l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, l’appartenance religieuse, la couleur de la peau, le poids, l’apparence physique, un handicap, la nationalité).

RÔLE DES PARENTS DANS LE CADRE DE LA PRÉVENTION CONTRE L’INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

Guide pour les parents

Formulaires de signalement en ligne J’AGIS contre l’intimidation

Il est possible d’utiliser le service de signalement en ligne de façon confidentielle en consultant l’onglet «Communauté» et ensuite «Ressources» sur le pluriportail en cliquant sur les formulaires suivants :

Version parent

Version élève

Activités pour contrer l’intimidation au Collège Laval

2016-2017

Un pas de plus pour contrer l’intimidation

Dans le cadre de la Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école qui se déroule du 26 au 30 septembre sur le thème de la communication positive et de l’engagement des élèves, le Collège Laval voulait faire sa part. Des centaines d’élèves se sont engagés, de façon symbolique, à faire un PAS pour agir contre l’intimidation en apposant leur signature sur un petit pied.

Martin Larocque et sa conférence « Crois en toi »

Les élèves de 1re secondaire ont eu le privilège d’assister à la conférence « Crois en toi » présentée par Martin Larocque! C’est avec un humour teinté de vérité qu’il a su capter l’attention des élèves en les sensibilisant à l’importance de leurs paroles et de leurs actions. Une réflexion sur les réalités heureuses et parfois moins heureuses de la vie, le respect des différences et surtout l’importance de croire en soi et en ses propres rêves. Son message clé : « Être une meilleure personne en étant maître de sa vie et de ses actions. Il suffit seulement d’y croire! ».

Une conférence dont les effets bénéfiques se feront sentir longtemps…

Le ROSE pour contrer l’intimidation

Aujourd’hui, plusieurs élèves et éducateurs se sont mobilisés pour souligner la Journée ROSE contre l’intimidation et la violence en acceptant de porter fièrement un accessoire ROSE. Cette initiative s’inspire de deux adolescents de la Nouvelle-Écosse en 2007 qui ont décidé de distribuer des chandails roses afin de créer une vague rose pour soutenir un garçon qui subissait des moqueries et des menaces parce qu’il avait porté un chandail rose.

Cette journée s’inscrit dans la foulée d’autres initiatives entreprises au collège pour contrer l’intimidation.  Au Collège Laval, J’AGIS CONTRE L’INTIMIDATION!

Découvrez l’histoire de la journée ROSE!

« TOP NET » du Théâtre Parminou

Pour une troisième année consécutive, les élèves de 2e secondaire ont assisté à la pièce de théâtre TOP NET présentée par le Théâtre Parminou. Fous rires, réflexions et quelques zones de turbulence étaient au rendez-vous!

À l’ère des médias sociaux, les élèves ont pu saisir le sens du message « Les écrits restent, les paroles s’envolent! ». Voilà, une façon différente de les éduquer aux enjeux des médias sociaux : pour le meilleur et pour le pire! Soyons vigilants!

Merci et bravo aux trois acteurs de la pièce TOP NET!

GRIS-MONTRÉAL

Les enseignants d’éthique et culture religieuse de 3e secondaire ont reçu la visite d’intervenants de l’organisme GRIS-Montréal (Groupe de Recherche et d’Intervention Sociale), un organisme communautaire à but non lucratif qui démystifie l’homosexualité et la bisexualité par la méthode du témoignage. Le but de ces rencontres était d’inviter les élèves à mieux comprendre ce que vivent les personnes homosexuelles et bisexuelles et de les inviter au respect des différences. Ces rencontres ont suscité diverses réflexions et discussions qui ont permis, nous l’espérons, d’avoir plus d’ouverture et d’empathie face à cette réalité qui fait partie de notre quotidien.

Voici quelques réactions d’élèves : « Ça avait l’air simple, naturel »; « C’était plus facile que d’écouter un documentaire ou lire dans un livre » ; « On avait des préjugés concernant le quartier gai à Montréal et finalement, c’est un quartier comme un autre où n’importe qui peut se promener »; « Je les ai trouvés très courageux de venir parler si simplement de leur parcours. On ne pouvait pas ne pas écouter »; « Ça fait réfléchir, je connais des gens qui le sont et je vais faire plus attention à eux ou à mes commentaires ».

Top